• NcNaturellement

La Pâquerette. Cette fleur tellement commune et pourtant tellement de vertus.

Appelée aussi oeil du jour, une de ses particularités est de se fermer à la tombée de la nuit, de se réveiller avec le soleil et de le suivre dans sa course. D’où ce surnom.

Remarquez aussi que l'inflorescence se ferme sur elle-même lorsque la pluie menace, on pourrait dire que c'est la première dame météo de l’histoire !


Un vrai trésor phytocosmétique.

Pour nettoyer la peau et lui redonner tonus et vitalité, une simple infusion, à appliquer à l'aide d'un coton (réutilisable ) tous les jours, participera à l’éclat et la bonne humeur de votre épiderme. OU en Hydrolat.

Le macérât huileux de la pâquerette est connu pour avoir un effet tonifiant et raffermissant des tissus, offrant un effet galbant sur la poitrine et le buste. Permet de retrouver l'élasticité sur une peau relâcher à cause de l'âge ou suite à un accouchement.


Autrefois appelée l’arnica des plaines…

On l'utilise pour les traumatismes, blessures, coups, en particulier des tissus mous et profonds, très vascularisés ou riches en terminaisons nerveuses. Pas aussi efficace que l'arnica, mais à porté de mains.

Elle est utilisée comme anti-inflammatoire pour les entorses.


Anti-infectieuse, anti-inflammatoire, dépurative.

Elle désinfecte une plaie, sous forme d'infusion ou de teinture diluée. De plus, la pâquerette accélèrera la résolution de la plaie, un peu comme le souci.


Contre les irritations buccales, aphtes par exemple, le fait de mâcher ses feuilles, ou faire des bains de bouches avec son infusion aura un effet apaisant et cicatrisant sur l'inflammation.

L'infusion peut aussi être utilisée pour toute inflammation du tube digestif, œsophage, estomac, intestins, pourquoi pas en association avec d'autres excellentes calmantes des muqueuses enflammées - souci, matricaire, réglisse, plantain, etc.


Astringente et émolliente, elle est recommandée pour traiter l’inflammation des voies respiratoires et faciliter l’expectoration.


Au 16ème siècle, elle était traditionnellement utilisée comme tonique printanier, pour "nettoyer le sang".

Valnet la positionne de la même manière avec des utilisations pour les oedèmes, insuffisances rénales ainsi que les applications traditionnelles des plantes dépuratives : pour les problèmes de rhumatisme, goutte, etc.


A table

A déguster en délicieuses salades sauvages qui sont en outre dépuratives et tonifiantes. Crues les feuilles et les fleurs, légèrement sucrées, se combinent avec l’oseille (acides) et le pissenlit (un peu amères).

Et elle est recommandée pour les enfants amaigris ou qui ont du mal à se développer


Alors, à la cueillette...